Titres en ura-gei

Titres martiaux (initiation en ura-gei) du Shobukaï-ryu

Une fois accepté comme Uchi-deshi (外弟子, élève interne, par opposition à un nouvel arrivé qui est un soto-deshi ! élève externe, 外弟子), un pratiquant peut être initié successivement aux niveaux suivants :

 

Monshi (門士): Lit. « Celui qui a franchit la porte ». En fait celui qu'on "qualifie" pour devenir disciple un jour
- Conditions d'obtention : voire tableau final pour chaque niveau d’initiation

 

Kenshi (): Lit. « Celui qui est engagé dans l'étude », il a ouvert la porte du cœur et on lui a donné les moyens de travailler et d'aller plus loin

Shushi (搜士): Lit. « Celui qui cherche ». On lui a donné le goût de chercher au delà des apparences. C'est quelqu'un qui ne se contente pas de ce qui fait les cours pour tout le monde. On lui donne des pistes à suivre, il doit apprendre à s'écarter du travail pour mieux y revenir. Par son attitude de chercheur et son aptitude à garder le silence sur ce qu'il ne doit pas montrer à l'extérieur, il se rend digne de recevoir des instructions spéciales (aspects plus profond des Okuden) qui l'amèneront à la maîtrise du corps puis à celle de l'esprit.

 

Shogo (称号): Lit. « Techniquement fort » sous–entendu lié à l’initiation ura-gei.

 

Renshi (錬士): Lit. « Homme/guerrier de savoir ». Disciple avancé ayant atteint une maîtrise extérieure, chercheur qui commence à s’éveiller ayant une excellente compréhension de l’art et est qualifié pour l'enseignement technique.
Son possesseur a maîtrisé la technique externe et après avoir reçu l’initiation correspondante, il travaille désormais au niveau de l’interne (travail énergétique sous la double notion martiale et médicale). Il a également développé les qualités du cœur (KOKORO).
C'est le niveau de l'expert. Ce titre honorable donne le droit de devenir instructeur, mais pas d'ouvrir sa propre Ecole, mais seulement un dojo lié à son maître. Il connaît également un bon nombre de points douloureux ainsi que les techniques pour les atteindre en particulier par des attaques simultanées doubles ou triples. Sa connaissance du combat de survie fait qu’il est capable d’affronter des pratiquants même plus gradés que lui en grades « Dan ». Il reçoit et met en pratique les enseignements « Okuden ». C’est le titre qui fait d’un bon pratiquant un expert. Les Maîtres disent fréquemment qu’avant le titre de Renshi, un enseignant est incompétent voire dangereux ...

 NB : un Renshi de niveau 5ème dan, est considéré comme un kodansha

 

 Kyoshi (教士): Lit. « Homme/guerrier de transmission », celui qui est consacré à l'enseignement. Enseignant/instituteur/virtuose ayant atteint une maîtrise intérieure, une grande connaissance de l’art. Il s'agit également d'une dénomination désignant un individu d'un rang élevé dans son domaine, qui a réalisé des prouesses. Connaissances approfondies des techniques et de la tradition des arts martiaux. Avoir fait la preuve de la qualité de sa technique et de sa méthode d'enseignement. Il correspond à la maîtrise de l’initiation interne et à la perfection intérieure (IKO NO KOKORO).
Un Kyoshi ne se définit déjà plus car il vit et place son existence sur un plan d’expérience intérieure. Il est bien entendu impensable d’être Kyoshi sans avoir été auparavant Renshi.
Dans le temps, seul le titre de Kyoshi permettait d'ouvrir sa propre école (ryu), avec la liberté d'enseigner de sa propre façon. Il fallait donc approcher de la quarantaine pour pouvoir ouvrir son ryu, après avoir fait preuve de dons hors du commun et bien peu étaient ceux qui y parvenaient et y parviennent encore.

Hanshi (範士): lit. « Homme/guerrier à imiter », celui qui a maîtrisé l'enseignement. Maître d'armes ayant atteint une maîtrise intérieure et extérieure unifiée, une référence, un exemple à suivre. C'est un autre terme utilisé pour désigner quelqu'un d'une grande sagesse et d'une compétence hors du commun. Posséder un caractère et une moralité exceptionnels. Qualités reconnues de chef et contributions aux arts martiaux. Excellente compréhension des techniques, de l'histoire et de l'esprit. Celui qui le possède est parvenu à unifier son esprit dans un état mental stable. Sa connaissance n’est pas intellectuelle mais rayonne de son Soi spirituel supérieur.
C'est le niveau de la sagesse et de l'éveil
- Équivalence universitaire, "Doctor of Philosophy"

NB :

- Traditionnellement, les 3 derniers titres ne peuvent être décernés que par un Hanshi.

- Seul le Soke peut procéder à une attribution d’un de ces titres pour une personne extrêmement méritante, qui n’aurait pas réuni toutes les conditions prévues, en matière de dan, d’années minimales ou de titres précédents.

- Pour le nombre d’année minimal, il est tenu compte de la quantité hebdomadaire d’entraînement et d’enseignement. « Un cours semaine » ne peut pas être comparable à « 6 cours semaine » !

- L’obtention de Titres et de Brevets de Maîtrise n’est pas automatique : Il n’y a aucun parallèle obligatoire entre la gradation Dan et l’obtention de titres martiaux. Le Soke peut dans son enseignement délivrer des grades Dan à tous et ne décerner des brevets d’initiation qu’à celui ou ceux qu’il a sélectionné pour cela et à qui il a donné une formation spéciale.

Récapitulatif

 

 

Niveau minimum de grade

équivalence

Nombre d’années d’ancienneté

Niveau de la personne pouvant le délivrer

Uchi-deshi

3 kyu + hakama

mi-primaire

3 ans Soto-deshi

Renshi

Monshi

1 kyu

fin primaire

2 ans Uchi-deshi

Renshi

Kenshi

1 dan

mi-secondaire

1 an Monshi

Kyoshi

Shushi

2 dan

fin secondaire

2 ans Kenshi

Kyoshi

Shogo

3 dan

BAC +2 (Bachelor)

3 ans Shushi

Kyoshi

Renshi

5 dan

BAC +4 (Licence)

4 ans Shogo

Hanshi

Kyoshi

(6) 7 dan

BAC +5 (Master)

5 ans Renshi

Hanshi

Hanshi

(8) 9 dan

BAC +8 (Doctorat)

6 ans Kyoshi

Hanshi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×